Épisode n°85 | Rocé : L’un, le multiple et les damné.e.s de la terre

Publié en Catégorie: LES PODCASTS

Proverbe du mois : « On ne peut pas se tenir dehors et connaître le chef des morts. »

roceMère noire originaire du Sahara algérien, père né de parents russes en Argentine, le rappeur José Youcef Lamine dit ROCÉ, lui-même né en Algérie vers la fin des années 1970, ayant grandi en France, porte en lui une multitude d’histoires et d’héritages. Depuis la deuxième moitié des années 90, il trace un chemin singulier qui s’est cristallisé notamment au travers de 4 albums qui détonnent dans l’ensemble du paysage rap français.
Ce curieux de livres et de musiques avait rêvé il y a une dizaine d’années d’un projet discographique et cinématographique autour la musique revendicatrice en français, qui témoignerait des luttes et des existences des populations dont on ne raconte pas l’histoire parce que ce n’est pas celles des dominant.es : histoire de luttes anti-coloniales, des luttes des exilé.es, des luttes contre les violences policières, des luttes ouvrières, etc.
ParLesDamnées_pochetteDepuis novembre 2018, un disque nommé Par les damnés de la terre – Des Voix de Luttes 1969-1988 est enfin là. On y retrouve de la musique et des extraits de discours, avec dans l’ordre : Jean-Marie TJIBAOU, Joby BERNABÉ, Lena LESCA, Alfred PANOU, Léon-Gontran DAMAS, Slimane AZEM et Cheikh NOURREDINE, Manno CHARLEMAGNE, Guy CORNELY, le Groupement Culturel Renault, Colette MAGNY, Salah SADAOUI, Võ Nguyên GIÁP, les Colombes de la Révolution, HO CHI MINH, PÉLOQUIN-SAUVAGEAU, Francis BEBEY, Pierre AKENDENGUE, Eugène MONA, Dane BELANY, la Troupe EL ASSIFA, le collectif Le Temps des cerises, Abdoulaye CISSÉ. En plus de permettre de nombreuses découvertes musicales ainsi que la compréhension de leur contexte d’élaboration grâce à des notes rédigées par Amzat BOUKARI YABARA et Naïma YAHI, tous deux historien.nes, ce projet pose de nombreuses questions : l’engagement dans la musique, l’enjeu contemporain de recréer du collectif, la prédation à l’œuvre dans le rapport à nos musiques de postcolonisé.es, la culture du digging et ses travers exotisants, l’appropriation culturelle, le sens politique de la Francophonie, les enjeux capitalistes dans la culture et l’Histoire, la question de la valeur des produits culturels, etc.
On discute de tout ça mais aussi de négritude et d’africanité algériennes, de la manière dont ce projet s’inscrit dans l’histoire personnelle de Rocé avec beaucoup de sérieux, des rires, des sirènes et bien sûr de la musique.

Bonne écoute !

      Épisode n°85

Télécharger l’épisode n°85 : cliquez ici

Musique:
Abdoulaye Cissé « Les Vautours »
Léon-Gontran Damas « Blanchi »
Les Colombes de la Révolution « Hommage à Mohamed Maïga »
Lionel.D, Rico, Dee Nasty« Extrait du Deenastyle »
Rocé « Du fil de fer au fil de soie »
Kassav « Lagué moin »
Guy Cornely « Où sont donc les tam tam? »

On remercie chaleureusement Rocé pour ce moment passé en notre compagnie et pour son soutien constant à nos activités panafrorévolutionnaires.
Dans la continuité du projet
Par les Damné.es de la Terre, l’exposition DISQUES EN LUTTE – CE QUE LES POCHETTES NOUS DISENT, organisée par Rocé et sa structure Hors cadres, a lieu jusqu’au 28 avril au Point Éphémère, 200 Quai de Valmy, 75010 Paris. Ne manquez pas ça si vous êtes dans le coin !

Vous pouvez retrouver Rocé sur facebook et twitter.

Photo © Adrien Pavillard

Épisode Précédent | Épisode Précédent