L’exceptionnelle culpabilité de Lena Baker

Publié en Catégorie: Non classé
NOS HISTOIRES

L'exceptionnelle culpabilité de Lena Baker

La peine capitale aux États-Unis a ses tristes records et ses malheureux détenteurs, comme par exemple George Junius STINNEY Jr, le plus jeune justiciable à avoir été exécuté au XXᵉ. Sans surprise, au pays du lynchage légal ces malheureux.ses élu.es sont souvent noir.es. Noire, pauvre, travailleuse domestique, Lena BAKER, née le 8 juin 1900, avait 44 ans quand elle devint le première femme jamais exécutée par l’État de Géorgie, pour avoir tué son agresseur, à l'issue d'un procès injuste qui avait duré moins de quatre heures.

Which way ? Elizabeth Catlett, 1973

Par Cases Rebelles

Juin 2019

Lena BAKER, née le 8 juin 1900, avait 44 ans quand elle devint la première femme jamais exécutée par l’État de Géorgie, en 1944. Voici ses dernières paroles :

Ce que j'ai fait, c'était pour me défendre, ou j'aurai moi-même été tuée. Là où j'étais, je n'avais pas d'autre issue. Dieu m'a pardonnée. Je n'ai rien contre personne. J'ai ramassé du coton pour M. Pritchett, et il a été bon pour moi. Je suis prête à partir. Je suis la seule parmi la multitude. Je suis prête à rencontrer mon Seigneur.  J'ai la conscience tout à fait tranquille.

Lors de son procès le 14 août 1944, cette femme noire qui n’avait connu que la pauvreté avait été reconnue coupable du meurtre de son agresseur, Ernest Knight, et condamnée à mort à l'unanimité par un jury de douze hommes blancs. Le tout, procès et délibération, avait duré moins de 4 heures. Malgré un sursis de soixante jours accordé par le gouverneur de l’époque, Ellis Arnall, pour que la commission de pardon et de libération conditionnelle puisse examiner l'affaire, la condamnation à mort de Lena par électrocution fut confirmée. Sa condamnation et son exécution advenaient dans un contexte d’expansion considérable du militantisme noir sous l’égide de la très active Eloria Sherman Gilbert, membre de la NAACP. Le juge qui présidait au tribunal, Charles Williams Worrill surnommé « Two Guns » parce qu’il siégeait toujours en gardant ses deux pistolets en évidence devant lui, était convaincu que ce dont le pays avait besoin au niveau légal c'était l'ancien testament...

Lena Baker avait vu le jour dans une ancienne case d’esclaves dans la petite communauté de Cotton Hill, au sud ouest de Cuthbert. Elle venait d’une famille extrêmement pauvre ; ses parents, Mack et Queenie, survivaient en faisant des travaux d’agriculteurs. À 20 ans, Lena est arrêtée et condamnée à 10 mois de prison pour prostitution :

Cependant, ces dix mois furent purgés dans un camp local de condamné.es. Cette pratique connue sous le nom de « servage » était courante dans le comté de Randolph. Les détenu.es étaient loué.es à des entreprises privées pour travailler dans des fermes et des routes et les collectivités locales touchaient de l'argent pour leur travail. Souvent, les femmes travaillaient côte à côte avec les hommes et étaient fréquemment agressées sexuellement par des détenus et des surveillants.1

Après sa peine, Lena revient vivre chez sa mère et devient travailleuse domestique. Elle subvient à ses besoins, ceux de sa mère et ceux de ses trois enfants.

Ernest Knight, alcoolique notoire, propriétaire d’un moulin et de 23 ans son aîné, l’avait employée suite à une fracture de la jambe pour la durée de sa convalescence. Il va la contraindre au cours d’une relation qui durera 3 ans. Parfois, selon les récits, cette relation a été présentée comme consentie. Or Lena était pauvre et dans une situation de subordination accentuée par l’ordre socio-racial ; nous n'avons aucun doute sur les bases d’un éventuel « consentement » d’autant plus que Knight la violentait également. C’est pourtant Lena qui fut passée à tabac par le fils de Knight, Eugene, et menacée d’emprisonnement par le shérif de la ville si cette « relation » ne cessait pas. Quand Lena a tenté de s’en extraire, Ernest Knight l’a séquestrée pendant plusieurs jours, usant d’elle comme d’une esclave, tant pour le travail que pour le sexe.
Le soir fatal, le 30 avril, Lena avait annoncé à Knight qu’elle allait partir après une journée de plus passée enfermée dans le moulin. Il portait son pistolet comme à son habitude et menaça de l’abattre, en brandissant de surcroît la barre de fer utilisée pour verrouiller la porte du moulin. Une bagarre s’en est suivie entre eux pour le revolver et le coup est parti. Knight était mort. Lena n’avait aucune idée de qui avait tiré le coup de feu. Elle s’est empressée de se présenter aux autorités en expliquant qu’elle s’était défendue, ce qui ne fut bien sûr pas entendu par les 12 hommes blancs jurés.

Bien que la mort d'Ernest B. Knight n'ait pas fait les gros titres dans le Cuthbert Times, ce fut le cas pour celle de Lena. Le journal proclama grossièrement, "Baker grille."2

Tombe de Lena Baker

Lena fut enterrée dans une tombe sans aucune inscription, derrière son église. En 1998 sa congrégation récolta 250 dollars pour une dalle et une inscription. Lela Bond Phillips, professeure d’anglais au Andrew College à Cuthbert, publia un livre, The Lena Baker Story, en 2001. Elle avait découvert en 1996 l’histoire de Lena à la faveur de recherches sur la ville pendant les années 40. C’est en 2001 également que des militant.es ont commencé à commémorer chaque année la date de son exécution.
Lena a été graciée à titre posthume  en 2005 suite à la mobilisation de ses descendant.es :

L’arrière neveu de Baker, Roosevelt Curry, qui a mené les démarches de la famille pour la réhabiliter, a déclaré qu'il avait pleuré lorsque le conseil lui avait annoncé sa décision. "Nous pouvons tous maintenant pleurer de joie", a déclaré M. Curry, 61 ans, au Atlanta Journal-Constitution. "Elle n'avait rien et personne ne l'a soutenue. Cela arrive tard mais ça arrive à temps. Cette affaire m'a été transmise. Je peux transmettre ceci à ma famille maintenant."
M. Curry a poursuivi le combat pour la réhabilitation de sa grand-tante avec l'aide de John Cole Vodicka, le directeur du Prison & Jail Project, une organisation luttant contre la prison basée à Americus.
"Il est satisfaisant de voir que cet exemple flagrant d'injustice a finalement été reconnu pour ce qu'il était - un lynchage légal", a déclaré M. Vodicka.3

En 2008 sortait un film nommé Hope & Redemption: The Lena Baker Story, adapté du livre de Lela Bond Phillips et réalisé par Ralph Wilcox.

Cases Rebelles

  1. Women - Did you know ? []
  2. The Lena Baker Story: Execution in a small town []
  3. Pardon for maid executed in 1945 []