NoirEs en France contre Zwarte Piet

Publié en Catégorie: AFROEUROPE, LUTTES ACTUELLES

Tous les 5 décembre les Pays Bas fêtent Sinterklass ( Saint-Nicolas). Traditionnellement, Sinterklaas arrive chaque année à mi-novembre1 en bateau à vapeur d’Espagne. Puis il est supposé aller de maison en maison pour porter des cadeaux aux enfants par la cheminée. Pour ce faire il est accompagné d’unE ou plusieurs aides nomméEs Piet. Infantile, stupide et corvéable à souhait, Piet est grimé en noir, en blackface. 2 . Si la tradition de la Saint Nicolas remonte au Moyen-âge, cette apparence de Piet s’est construite autour d’un livre pour enfants très populaire datant de 1848 :  « Saint Nicolas et son serviteur » de Jan Schenkman.  Bien qu’il ait fréquemment été invoqué que la noirceur de Piet était due à la suie des cheminées, il n’y a aucun doute que ce livre et la construction de Piet s’inscrivent dans la tradition la plus violente de déshumanisation des noirEs issue de la colonisation, de l’esclavage et des cultures destructrices qui les accompagnent.

Dès la fin des années 60, des voix ont commencé à s’élever contre cette tradition en la liant directement à l’héritage esclavagiste et colonialiste. Ces dernières années, impulsées notamment en 2011 par Quinsy Gario (voir photo) et la campagne « Zwarte Piet is Racisme« ,  des mobilisations s’organisent pour mettre fin à cette tradition indubitablement négrophobe et d’une violence sans nom. Elles provoquent de nombreux débats mais se heurtent également aux violences, physiques et verbales, et la mauvaise foi des populations. Elles se heurtent au prétexte d’une fête « pour les enfants », blancs on suppose. Elles se heurtent aux discours qui tentent de faire de Zwarte Piet une figure positive, un symbole anti-raciste, voire même anti-esclavagiste. Bref, elles se heurtent à une culture suprémaciste blanche en plein déni criant à l’innocence et à l’indispensable maintien des traditions (et même au racisme anti-hollandais) , pour pouvoir continuer à exercer en toute décomplexion ces attaques symboliques mais non moins destructrices contre nous et nos corps.  :

Toute personne noire aux Pays-Bas a probablement été déjà appelée « Zwarte Piet » au moins une fois dans sa vie . Surtout dans les semaines avant le 5 Décembre. Ça fait mal, ça a toujours fait mal et ça fera toujours mal.
(Témoignage de Marthe van der Wolf )3

Un procès contre la ville d’Amsterdam a été remporté en 2013. Les mobilisations et leurs médiatisations ont également attiré l’attention de l’ONU qui a demandé aux Pays-Bas d’ « activement promouvoir l’élimination du caractère racial stéréotypé » de Zwarte Piet.
Récemment le média AD.nl a mené une enquête dans 262 municipalités sur les intentions pour cette année (voir carte ci-contre). Dans 86% des municipalités sondées, Piet va rester noir ou brun pour la prochaine arrivée. Seulement 6% des communes envisagent d’introduire de nouvelles variantes (les zones en gris représentent les municipalités non sondées).

Aux Pays-bas des Freedom Riders, inspirés des Freedom Riders lutttant contre la ségrégation dans le Sud des Etats-Unis dans les années 60, marcheront sur la ville de Meppel le samedi 21 Novembre prochain pour réclamer la fin de Zwarte Piet.

Cette année nous souhaitons en tant qu’organisations et individuEs noirEs  apporter notre soutien aux personnes et organisations mobilisées, ainsi qu’envoyer ce message clair à la suprématie blanche aux Pays-bas, en France et en Europe :

vos traditions sont racistes et nous, noirEs résidant en France et en Europe,
nous nous battrons chaque fois que nous le pourrons.
Nous aimons nos peaux, nos corps
et nous ne vous laisserons pas en faire des déguisements.

Nous nous proposons donc le samedi 14 Novembre 2015 de montrer nos belles peaux noires sur les réseaux sociaux, accompagnées du hashtag

#NoirEsEnFranceContreZwartePiet

Nous le faisons pour nous parce que la négrophobie est un phénomène mondial qui se nourrit de toutes ces manifestations locales.

Nous le faisons parce que nous considérons que les noirEs en Europe doivent s’unir et collaborer.

Et nous le faisons pour les noirEs, enfants et adultes,  qui aux Pays-bas ont dû faire face et vont devoir encore faire face à ces violences décomplexées et au déni de populations entières.

Nous le faisons parce que « cultures  » et « traditions  » justifient constamment, sous le régime de la suprématie blanche, de multiples agressions -humiliantes et destructrices – contre nos corps et nous.

Aux « Zwarte Piet » de demain qui refusent de reconnaître et d’assumer l’oppression que votre racisme accole à notre couleur de peau, nous vous ferons cesser cette pratique ignoble.

Brigade Anti Négrophobie – Cases Rebelles – Ferguson In Paris – Jeunesse Consciente Kongolaise – Les Peaux Cibles (Collectif Afroféministe de Rennes) –  Mwasi Collectif AfroFéministe

Pour en savoir plus sur Zwarte Piet :
http://indigenes-republique.fr/derriere-le-grimage-noir-blackface-lutter-pour-notre-emancipation-en-luttant-contre-black-pete-le-racisme-hollandais-et-lafrophobie/

http://stopblackface.com/kozp/
http://zwartepietisracisme.tumblr.com/
Page FB de l’événement Freedom Ride vers Meppel:

  1. le 1er Samedi après le 11 Novembre
  2. Le terme Blackface désigne l’action pour des blancHEs de se noircir le visage dans des contextes de « divertissement ». Le « blackface » ce n’est jamais drôle ou acceptable. Quel que soit le lieu de son expression, États-Unis, Pays-Bas, Belgique, il tire son existence dans le mépris raciste le plus destructeur et la caricature des populations noirEs.
  3. http://www.stnicholascenter.org/pages/zwarte-piet/

Vous aimerez peut-être :