TouTEs à Rennes le 3 Décembre pour Babacar Gueye !

Publié en Catégorie: POLICES & PRISONS

Vérité et justice pour Babacar GueyeLe 3 décembre 2015, Babacar Gueye a été tué par la police à Maurepas, quartier populaire de Rennes.
Babacar vient de se réveiller au milieu de la nuit en grande détresse : il crie, il angoisse, il se mutile avec un couteau. L’ami qui l’héberge appelle les pompiers mais c’est la police qui arrive en nombre et armée. Un policier tire 5 balles dans le haut du corps de Babacar.
La famille a porté plainte mais la procédure est bloquée : aucun juge d’instruction n’a encore été nommé.
La police a clos son enquête interne. Par contre, deux policiers ont porté plainte contre Babacar pour tentative de meurtre.
Nous revenons ici avec Awa GUEYE, la sœur de Babacar, et les membres du Collectif Justice Pour Babacar sur les circonstances, les procédures en cours et sur la grande marche qui se tiendra à Rennes le 3 Décembre.

Pouvez-vous nous parler des circonstances de la mort de Babacar ?

Awa GUEYE : Je ne comprends pas pourquoi ils n’ont pas réussi à maîtriser Babacar et qu’ils ont tiré. Quand je suis allé au commissariat pour savoir ce qu’il s’est passé, on m’a juste dit qu’il voulait tuer les policiers et qu’ils ont riposté. Ils m’ont dit que c’est la deuxième balle qui l’a tué, alors qu’ils ont encore tiré trois balles. Pourquoi ? Je ne comprends pas pourquoi ils l’ont tué au lieu de l’aider.

Le collectif: Nous nous posons beaucoup de questions, et notamment celle de savoir comment cela aurait pu être évité. Comment un appel à l’aide aux pompiers peut virer au cauchemar? On ne comprend pas comment l’information est passée, comment a été relayée l’intervention par les pompiers aux policiers, dans quel état d’esprit les policiers sont arrivés sur place, pourquoi ils sont arrivés si nombreux. Ils étaient 8, c’est énorme, pourquoi ils ont sorti leur arme ? Babacar devait être pris en charge médicalement, selon nous les policiers n’avaient rien à faire là ce soir là. Pour nous, la mort de Babacar n’est pas un hasard, dans le sens où son profil concentre tous les facteurs répertoriés dans les morts par violence policière: il était jeune, noir, en crise mentale, dans un quartier populaire. On ne peut pas accepter ça sans faire bouger les choses, on doit avancer sur ce sujet qui peut tous nous concerner à un moment ou un autre, de près ou de loin.

Où en est la procédure aujourd’hui ?

Le collectif : On a l’impression que jusqu’à présent rien n’a été fait du côté de la justice. C’est très lent et complexe. Le dossier semble bloqué. Ça fait 11 mois déjà et le juge d’instruction n’a toujours pas été saisi. Il semblerait même que plusieurs policiers ont porté plainte contre Babacar pour tentative de meurtre.

Quelles sont les actions en cours?

Le collectif: On est en train d’organiser la marche commémorative du 3 décembre pour les 1 an du décès de Babacar. C’est une manière à la fois de lui rendre hommage et de rendre l’affaire visible, notamment à Rennes où encore trop de gens ne sont pas au courant ou ont peut-être oublié ce qui s’est passé.
Nous sommes en contact avec d’autres collectifs et familles de victimes qui nous aident et nous donnent du courage pour continuer nos actions. C’est important de ne pas rester isolés.
Le 23 novembre, on projettera le documentaire « Qui a tué Ali Ziri? » à la Maison de Quartier de Villejean, ça nous permettra de faire le lien avec l’histoire de Babacar.

Une marche de commémoration aura lieu le 3 Décembre à Rennes, en quoi est-ce important pour vous ?

Awa GUEYE : Je veux que la justice soit faite et que tout le monde sache que je ne lâche pas l’affaire, que Babacar n’est pas sans famille, qu’il y a ses proches, des gens autour de lui qui ressentent de la douleur, et aussi sa famille en Afrique, qui est là malgré les difficultés géographiques. Je veux montrer à tout le monde que je suis déterminée à aller jusqu’au bout, à utiliser tous les moyens en ma possession et à rassembler les gens qui me soutiennent.

Comment soutenir le collectif ?

Le collectif : Venir à la commémoration du 3 décembre c’est soutenir le combat du collectif, nous aider à diffuser l’information en distribuant des tracts, en posant des affiches, en en parlant autour de soi…
Après la marche, on aura encore besoin d’aide et de soutien. Nous avons une adresse mail* et une page Facebook*, il ne faut pas hésiter à nous contacter pour avoir des infos sur l’avancée de l’affaire et proposer des coups de mains ou des idées, même ponctuellement. On a déjà une petite liste de contacts de personnes qui se sont proposées pour aider, cette liste est toujours ouverte.
On mettra aussi en place une cagnotte qui nous aidera à payer les frais de communication et de logistique, peut-être de justice.

Au niveau médiatique, la mort de Babacar Gueye a été traitée comme un fait divers, et on en a très peu entendu parler, que ce soit au niveau local ou national. Il faut que ça change et que la justice dise enfin qu’il ne doit pas y avoir de permis de tuer pour la police.

Interview réalisée par le collectif Cases Rebelles le Samedi 29 Octobre.

INFOS SUR LA MARCHE :
Samedi 3 décembre 2016.
Rennes
RDV à 14h30
Centre commercial du Gast à Maurepas
(Bus 9 arrêt Gast)

Email: justicepourbabacar@gmail.com

Facebook : https://www.facebook.com/Collectif-Justice-pour-Babacar-Gueye-226457124387938/?fref=ts