Giovanna Rincon : « Jessyca était une très très belle personne. »

Publié en Catégorie: ALLIE-E-S, AUTODETERMINATION, DECONSTRUCTION, FEMINISMES, MIGRATIONS, TRANS & QUEER LIBERATIONS
ENTRETIEN

Giovanna Rincon : « Jessyca était une très très belle personne. »

Recueillement, révolte et résistance après l'assassinat au Bois de Boulogne de Jessyca Sarmiento, femme trans, travailleuse du sexe et migrante.

Giovanna Rincon à la  (Crédit photo: @LaMeute/Smoke)

Par Cases Rebelles

Février 2020

Dans la nuit du 20 au 21 février, Jessyca Sarmiento femme trans, travailleuse du sexe, originaire du Pérou, était assassinée au Bois de Boulogne, percutée délibérément par une voiture circulant à grande vitesse. Il y a moins de deux ans c’est Vanesa Campos qui était victime d’un assassinat transphobe au Bois également. À la veille d’une marche pour Jessyca que nous espérons de tout cœur le plus fréquentée possible nous avons échangé avec Giovanna Rincon, présidente d’Acceptess-T, association trans féministe très active sur le terrain et dans l’accompagnement global des personnes trans depuis bientôt dix ans, association dans laquelle Jessyca était également très investie.

CASES REBELLES : Peux-tu présenter Acceptess-T ?

GIOVANNA RINCON : Acceptess-T est une association trans militante et féministe, née le 9 juillet 2010 ce qui veut dire que cette année nous devons fêter nos 10 ans d’existence. C’est une association qui est vraiment très engagée dans la lutte contre les discriminations et notamment dans l’aide aux personnes trans les plus précaires en France. Entre autres nous sommes une association de lutte contre le Sida et aujourd’hui l’association a carrément développé un espace de santé sexuelle communautaire non-médicalisé. L’association est agréée par l’Agence Régionale de Santé comme représentante des usagers du système de santé ; elle a un agrément aussi pour faire des tests rapides des différentes infections sexuellement transmissibles dont le VIH, les hépatites C et B, et la syphilis. Ce travail que nous menons en convention avec un hôpital au nord de Paris, l’hôpital Bichat, nous permet d’agir dans la réduction des délais, surtout de faciliter l’accès aux soins pour différentes pathologies et des fois, assez souvent, aussi pour initier des parcours de transition dans un cadre non-psychiatrisé et dans un cadre complètement respectueux. L’association a aujourd’hui aussi plusieurs projets de sociabilité dans notre communauté dont des fêtes, la gestion de séances de sport dans une piscine, et puis ce que nous offrons c’est un accompagnement global au niveau social du lundi au jeudi, un accès garanti de 10h30 à 17h dans un local à Château Rouge. Globalement dans l’association il y a aussi des activités de promotion de l’apprentissage de la langue ; c’est un projet qui vient d’être initié et par ailleurs les profs de français qui ont initié cette année la stratégie de formation sont très touché.es suite à l’assassinat de Jessyca Sarmiento puisque le coordinateur des cours s’était énormément attaché à Jessyca.

Vanesa Campos a été assassinée le 17 aout 2018, aujourd’hui c’est Jessyca. Que peux-tu nous dire sur ces crimes et l’ensemble des violences qui touchent les travailleuses du sexe trans et migrantes, et aussi sur les réactions ou l’absence de réactions des pouvoirs publics?

C’est assez déconcertant parce qu’en réalité les violences ont toujours malheureusement existé. Les assassinats de personnes trans ont commencé à être recensés ; ce n’est qu’en 2008 qu’une veille a été installée avec Transgender Europe. Mais ce qui nous déconcerte effectivement c’est ce que tu dis : bien qu’il y ait aujourd’hui des registres de suivi qui sont entre autres validés par le Conseil de l’Europe - parce que Transgender Europe a été validé par le Conseil de l’Europe pour faire ce travail de monitorage - ce qui nous déconcerte énormément c’est le fait que nous avons aujourd’hui des données très fines qui prouvent que notre population, les communautés trans et notamment celles qui sont les plus vulnérabilisées dans leurs droits fondamentaux, sont quand même les victimes faciles d’une transphobie systémique et pour le coup assez violente et meurtrière... Nous sommes déconcertées parce que jusqu’à il n'y a pas très longtemps, les assassinats des personnes trans et notamment des travailleuses du sexe immigrées apparaissaient comme des trucs un peu anecdotiques avec des chiffres pas vraiment alarmants ; ce qui aujourd’hui évidemment est déconcertant c’est qu’on a des données, mais ces données sont encore une fois invisibilisées par les pouvoirs publics et finalement ne sont pas prises en compte pour déjà faire des propositions aux associations qui travaillent vraiment sur le terrain sur les questions des violences et du racisme cumulés à la transphobie. Nous sommes révoltées aussi parce qu’en réalité on se rend compte que dans un débat où on pensait que la question trans apparaissait comme étant médiatisée, mise en avant, eh bien on se rend compte que c’est juste du maquillage, des trucs pour décorer à l'occasion les réseaux sociaux. Le peu de réponses qui sont données quand il y a des violences, des assassinats de personnes trans, c’est juste présenter des condoléances et ça s’arrête là. Et donc nous savons aujourd’hui que finalement nos stratégies vont devoir être ré-analysées et reconfigurées pour pouvoir faire vraiment un plaidoyer qui, faute de pouvoir sensibiliser les pouvoirs publics, puisse sensibiliser le plus largement possible la société civile.

Avec la mort de Jessyca, une partie de la presse s’est encore illustrée par un traitement, des expressions, du vocabulaire transphobes. On a vraiment l’impression que certains médias ne loupent pas une occasion de clamer leur mépris des femmes trans, même dans la mort... Qu’est-ce que ça t’inspire ?

Oui c’est un problème médiatique et je trouve que c’est plutôt un truc qui traduit à quel point la transphobie, la gestion de la transphobie, dans son approche, est complètement et purement basée sur les stéréotypes. Et à partir du moment où c’est la Préfecture, le service médico-judiciaire, qui va donner les premières réponses aux journalistes, notamment du Parisien… Il ne faut pas oublier qu’à chaque fois qu’il y a un assassinat, le premier à se prononcer c’est Le Parisien. C’est toujours pareil. Ça laisse penser qu’il y a une espèce de conventionnement entre les services médico-judiciaires et un journal qui s’appelle Le Parisien. Sauf qu’en réalité, à chaque fois il y a ce mauvais traitement avec des terminologies qui sont aujourd’hui complètement obsolètes, qui sont le résultat d’années et d’années de maltraitance transphobe linguistique. Et du coup on se rend compte que le vrai souci, oui c’est le traitement médiatique du Parisien qui incite le reste des médias à le suivre, mais en réalité ce sont aussi les réponses qui sont données de la part du service médico-judiciaire. Ça nous fait penser qu’effectivement il y a un problème médiatique, et évidemment qu’on va s’en débarrasser en justifiant que « le service médico-judiciaire a répondu de cette façon à mes questions en tant que journaliste, et que le journaliste est dans le devoir de traduire avec fidélité ». Il y a une espèce de mauvaise foi sur ces questions-là pour justifier ce qui n’est pas justifiable. En même temps ce qui est aussi important de répéter sur l’affaire de Jessyca et par ailleurs suite à l’assassinat de Vanesa Campos, c’est que malgré tout on se rend compte à quel point il y a dans d’autres journaux des journalistes qui ont quand même plus de conscience et qui n’ont pas suivi de la même façon ; ils n’ont pas repris les mêmes mots pour médiatiser l’affaire Jessyca. On voit un écart énorme entre ce qu’a fait le Parisien et les autres journalistes. Je pense que oui effectivement, il faut qu’on continue à rappeler à quel point la maltraitance médiatique et médico-judiciaire des affaires de transphobie est importante ; il faut prendre avec beaucoup de respect et avec une attention particulière  à véhiculer des messages non-stigmatisants avant tout, au lieu de messages qui ne sont pas représentatifs des réalités aujourd’hui revendiquées par des communautés qui, pendant très longtemps ont subi et subissent encore. Je pense qu’il faut aussi garder un regard optimiste et sur ce traitement médiatique je pense que nous avons avancé, et en très peu de temps.

L’assassinat de Jessyca intervient alors que ces dernières semaines certaines féministes ont imposé un débat public extrêmement transphobe sur les réseaux sociaux et dans la presse. Qu’est-ce que tu as envie de dire par rapport à ça ?

Tu sais, ça peut être très mal interprété mais moi ça m’a rassurée énormément d’entendre ces tribunes, ces articles et cette espèce d’acharnement transphobe venu de la part des féministes. Pourquoi ? Parce que finalement au moins c’est dit et c’est dit publiquement. À partir du moment où quelqu’un est transphobe par méconnaissance, par manque de pédagogie, pour de multiples raisons, on ne va pas dire que c’est normal et qu’on l’accepte, mais au moins on sait que c’est pour telle ou telle raison. En revanche quand on voit qu’il y a quand même un féminisme dominant qui est plus dans l’utilisation de leurs propres capacités dominantes parce qu’elles sont proches du gouvernement, des institutions, ce sont des femmes avec un niveau éducatif élevé... Moi ça m’a énormément rassurée de voir qu’enfin tout ce qu’on a toujours entendu et subi dans le silence, dans le non-dit, enfin c’est dit publiquement. Parce que de la même façon qu’on a du mal à lutter contre la maltraitance linguistique dans les médias, dans les institutions, dans la psychiatrie, dans tout... aujourd’hui là c’est dit et c'est carrément assumé. Et je pense que ce qui me déplaît en réalité dans toute cette histoire-là, c’est que ça vient de féministes qui en même temps prétendent lutter pour les droits des personnes trans, disent qu’elles sont des féministes qui comprennent quand même que les personnes trans soient dans une souffrance supposée parce qu’elles sont trans et qu’elles sont nées dans le mauvais corps. Sur ce sujet-là, je tiens tout simplement à leur dire que c’est peut-être elles-mêmes qui n’ont pas compris que finalement nous, nous ne luttons pas en tant que personnes trans pour être perçues comme des personnes cisgenres. Nous ne cherchons absolument pas à nous émanciper pour devenir des personnes cisgenres. Nous nous revendiquons, oui, un genre masculin ou féminin - toutes les personnes transgenres ne sont pas dans cette approche-là - et pour celles qui souhaitent aujourd’hui vivre dans un genre d’arrivée défini et assez binaire avec évidement le changement d’état civil mais je peux leur rappeler que c’est le même droit qu’elles ont en tant que personnes cisgenres et que elles, le vivent au quotidien sans aucune entrave. Et dire sans aucune entrave, c’est leur rappeler que elles - en tant que féministes excluantes qui sont plus dans leur approche dans l’incitation à la transphobie et l’utilisation de la transphobie comme un outil majeur pour faire de la communication en leur faveur - elles sont en tort parce qu’on ne leur demande pas un service, on ne leur demande pas une place à leurs côtés : on n'en veut pas. Nous leur rappelons en plus  à ces femmes qu’elles sont en tort légal à partir du moment où la loi a été adoptée pour reconnaître le changement d’état civil et qu’elle reconnaît également les femmes trans comme étant des femmes à part entière dans cette société. Je pense qu’il faudrait penser à la manière d'utiliser la voie légale pour rappeler à ces personnes que ce genre de propos, leur incitation sur les réseaux sociaux s’appellent du cyberharcèlement aussi, de l’incitation à la haine et que ça, c’est poursuivi en justice comme des éléments aggravants transphobes. Il y a aujourd’hui un dispositif légal pour protéger les personnes trans contre la transphobie. Finalement ce que les transphobes ont fait aujourd’hui avec leur tribune, ça nous permet non seulement de remettre les pendules à l’heure sur la question des droits ; ça nous rappelle à nous à quel point, en tant que communauté, nous devons gérer avec beaucoup d’intelligence et passer par la voie légale au lieu de créer des débats purement numériques par la cyber-contestation. Au passage ça nous permet de rappeler aussi aux personnalités telles que Marlène Schiappa qu’effectivement on attend de sa part, du fait qu’elle est la représentante de la lutte contre les discriminations, qu’elle prenne parti et qu’elle dise elle-même que ces femmes sont dans une situation où on doit les poursuivre en justice à cause de leur propos.

Peux-tu revenir sur la loi de pénalisation de 2016 et surtout sur ses conséquences néfastes très concrètes. Et comment aujourd’hui faire bouger cette loi ?

Évidemment avec tout le recul aujourd'hui et en tant que mouvement pro-sexe qui réclame plutôt la reconnaissance dans le droit commun du travail sexuel, on sait que la loi dans son ensemble à créer une dispersion totale dans les communautés concernées par le travail du sexe, notamment à l’intérieur des communautés qui sont le plus dans le « cumul » des situations d’exclusion. Aujourd’hui en terme de sécurité c’est complètement une absurdité parce qu’on sait que les personnes, notamment au bois de Boulogne, ont dû reconfigurer leurs méthodes pour pouvoir rester en contact avec leurs clients. Leurs clients à leur tour sont pris en otage parce que finalement le stigmate est très fort. Et le stigmate est porté pour différentes raisons de façon très lourde chez les travailleuses du sexe parce qu’elles sont putes, parce qu’elles sont trans et pour d'autres raisons encore. Et d’un autre coté, il y a le client qui est « sale », qui est un « acheteur du corps », celui qui « enlève la dignité des femmes », qui « incite au viol » : toutes sortes de condamnation affirmant des choses très violentes, ce qui fait que ce stigmate a pris une ampleur très importante. Et à cause de ça, il y a tous ceux qui profitent de cette situation pour voler les clients, pour voler les filles, plus facilement. Il ne faut pas oublier que dans ce genre de situation de travailleuses du sexe, l’argent en cash est la base. Et la personne qui vient chercher à voler l’argent, elle vient le faire aussi des fois avec violence. Et c’est ça qui se passe actuellement parce que les clients sont de plus en plus volés au Bois par exemple ; de la même façon que ça s'est passé pour Vanessa Campos et c'est toujours d’actualité. Et donc pour les filles aujourd’hui, qu’est-ce qui se passe? À force de se cacher elles n’ont pas la possibilité d’échanger tranquillement pour comprendre si vraiment c’est un vrai client ou si c’est quelqu’un qui essaie de se faire passer pour un client alors que c’est un violeur, un agresseur, etc. Donc ça crée une atmosphère d’insécurité totale avec une notion de mise en danger où finalement, les gens n’ont même pas envie quand ils sont agressés de faire appel aux forces de l’ordre. Si t’es client, tu ne vas pas dire que tu étais client et que tu as été volé là-dedans parce qu’il y a une loi ; et quand tu es travailleuse du sexe et que tu n’as pas de papiers - et c’est le cas actuellement pour beaucoup de filles qui sont agressées - on a du mal à les faire venir pour porter plainte parce qu’elles sont dans la peur de se faire contrôler, qu’ils sachent qu’elles n’ont pas de papiers. Et pour d’autres le plus important c’est de continuer à gagner leur vie un peu tranquillement, complètement dans la confidentialité et la clandestinité totale. Pour celles qui ont des papiers c’est encore pire parce qu’elles ne vont pas vouloir aller dénoncer de peur - si elles ont des papiers pour des raisons de santé, pour le travail, par pacs ou autre chose - de les perdre. C’est ça aussi que fait la police aujourd’hui : du chantage. Auparavant, quand il y avait le délit de racolage, c’était les prostitué.es qui étaient poursuivi.es, en garde à vue ; et le client devait signer un procès verbal pour pouvoir les accompagner au commissariat. Aujourd’hui c’est l’inverse, ce sont les travailleuses du sexe qui doivent signer le procès verbal pour dire qu’effectivement c’était un client qui est venu lui proposer une prestation. Et donc la charge s’inverse dans le procès verbal sauf que lorsque la travailleuse du sexe dit "non je ne signe pas", il y a des chantages. Donc soit vous signez, soit on va vous expulser parce que vous n’avez pas de papiers. Et si vous avez des papiers, on va vous faire enlever les papiers. Le jour où on rendait hommage à Jessyca vendredi, au même moment ils ont fait une rafle : ils ont pris 3 filles de l’autre coté du Bois et les ont emmenées au commissariat. Avant-hier, on a reçu une de ces nanas à qui on a notifié un avis d’expulsion et qui devrait quitter le territoire.

La situation se traduit comme ça. Il y a une atmosphère où ceux qui sont du côté de la loi renforcent les stigmates, l’insécurité et du coup les personnes vont intérioriser, normaliser tout ça. Finalement les données que nous avons aujourd’hui par rapport aux violences sont complètement minimales parce que la plupart n’osent pas, et ne veulent pas aller les dénoncer. Sur le plan santé c’est encore pire parce qu'il y a beaucoup de décrochages du système de santé. Il ne faut pas oublier que depuis 2016 à ce jour, nous comptabilisons déjà quantité de personnes qui étaient bien suivies depuis presque 15-20 ans, dans des hôpitaux publics pour des raisons de santé liées au VIH qui aujourd’hui vont rater des rendez-vous parce qu’elles sont parties 6 mois, un an et quand  elles reviennent ici elles ont arrêté les traitements. Et donc ça pose beaucoup de problèmes pour les personnes qui sont suivies par rapport au VIH et qui sont aujourd'hui dans une difficulté de bonne observance. Puis il y a la notion de perte de lieu d’habitation : le fait de ne pas avoir d’argent signifie ne pas pouvoir payer soit son hôtel, soit son appartement qui très souvent à cette population là va être loué de manière non déclarée, souvent par des marchands de sommeil à un prix au-delà de la norme. Du coup, quand tu ne peux plus payer, tu prends ta valise et tu commences à dormir dans tous les coins de la France et même dans toute l’Europe. Et ainsi se pose la question du nomadisme. On a rendu ces personnes nomades par la force des choses. Et d’un autre coté, il y a une incohérence totale par rapport à ce que disent les propositions d’utilisation de méthodes de prévention contre le VIH telles que la PREP. C’est extrêmement difficile d’avoir une bonne observance chez une population des personnes trans et sans papiers qui vont commencer à prendre un outil de prévention. D'un coté, on doit les inciter à prendre un outil de prévention pour se prostituer en sécurité au niveau santé - et on n’est pas contre parce que ce serait le comble - mais d’un autre coté, elles sont persécutées parce qu’elles sont ce qu’elles sont. Donc il y a une totale schizophrénie entre ce que recommande le Ministère de la santé et ceux qui proposent la loi c’est-à-dire la répression. Par ailleurs, ce qui est aussi important de rappeler c’est que ce qui nous a été présenté comme le fameux parcours de sortie de la prostitution - le parcours d'insertion sociale et professionnelle - à ce jour, il n’y a rien en réalité qui a été opérationnel tel que ça a été présenté au début de la loi.

Et puis il faut toujours rappeler que sur les questions de transphobie, sur les questions de vulnérabilité créées par la transphobie dans notre population, se pose aussi la question de la posture scientifique et des postures sociales et humaines : comment est-il possible que la loi soi-disant sur le parcours santé de la prostitution soit mise en place mais nulle part dans cette loi - ni dans le fond ni dans la forme - on ne voit apparaitre vraiment des dispositifs de promotion de lutte contre la transphobie. Nulle part il n'y a de circulaire ou de recommandation pour que la question des personnes trans soit analysée. Et il faut qu'il soit plus facile d'avoir accès à des dérogations. Ne faut-il pas que systématiquement les personnes qui sont dans la prostitution et qui essaient d'en sortir puissent obtenir rapidement la régularisation? Est-ce qu'il ne faut pas aussi des dérogations pour que tout ce qui relève de droit commun soit le plus rapide possible? Il n’y a rien. Pire encore, on sait qu’entre 2016 et aujourd’hui, il y a au maximum 250 personnes qui ont bénéficié de ce parcours de sortie de la prostitution : or le premier acte de ce parcours c’est la régularisation et nous en tant qu’association on faisait déjà ce travail. Sauf que quand on fait l’accompagnement des personnes qui ont réussi à partir parce qu’elles voulaient, soit pour faire à mi-temps du travail de sexe, soit pour partir complètement, c’est le fait qu'elles étaient concernées par le VIH qui a permis d’obtenir une régularisation à ce jour. Des éléments d’évaluation nous permettent de dire que nous faisions déjà depuis 2010 ce même travail qui est proposé là avec cette loi. Sauf qu’il n y a aujourd’hui aucune possibilité de régularisation à travers ce parcours de sortie de la prostitution. Ce qui veut dire que c’est juste un effet de communication et de la manipulation dans les institutions législatives. Alors évidemment aujourd’hui, nous, on se pose beaucoup de questions sur ce fameux parcours de sortie. Nous ne sommes pas contre. Nous sommes favorables à ce que la loi aujourd’hui soit réactualisée, qu’on puisse revoir les sujets qui ne vont pas du tout, qu’on puisse demander l’abrogation de la pénalisation des clients et que sur le parcours de sortie, on puisse obtenir vraiment la notion d’accompagnement social à la place de l’obligation de signer un contrat avec l’État pour sortir de la prostitution. Parce que cette espèce d’obligation, c’est une contrainte complètement absurde, qui n’a pas lieu d’être, et qui est dans le conditionnement et le non-respect des libertés fondamentales des individu.es. C’est complètement inefficace parce que ce n’est même pas appliqué. Nous souhaitons qu’aujourd’hui, le parcours de sortie soit maintenu mais que les personnes qui souhaitent vraiment entamer un accompagnement social voire la sortie puissent avoir un droit au séjour de façon systématique et pas d’une façon où il y aurait des bons dossiers et des mauvais dossiers. En réalité, qui va pouvoir vivre avec une allocation de 330 euros? C’est complètement absurde. Il est possible que la loi soit améliorée si aujourd’hui on obtient ce que les personnes et les associations demandent. Mais s'il s'agit de dire que dans la durée telle qu’elle est aujourd’hui la loi va devenir efficace… Eh bien, il n’y a que des morts, il n’y a que du sang, il n’y a que de la violence, il n’y a que le stigmate ! Et dans la réalité, sur le plan social, c'est zéro. Et sur le plan de l’application de la pénalisation des clients, il y a 3500 interpellations qui ne sont pas non plus des contraventions. La fameuse pénalisation des clients, ce n’est pas une pénalisation juridique, c’est juste une contravention. Aujourd’hui, la plupart de ces 3500 et quelques interpellations, ce sont plus des rappels à la loi. Moi je pense que l’État devrait prendre conscience, en faisant une application systématique et un contrôle beaucoup plus important de la pénalisation des clients, des dégâts par rapport à la vie privée des personnes. La loi est dans une approche purement envahissante des libertés fondamentales, des libertés individuelles des personnes. Mais aussi dans l’insouciance de la vie privée des gens.

Sur la situation actuelle avec la pénalisation des clients et la lutte contre le système prostitutionnel, ce qu’il faut retenir aussi c’est que la cible qui serait les victimes de la traite — parce que cette loi a été conçue pour réduire le nombre de victimes de la traite — elle n'est absolument pas atteinte : parce qu’il n’y a jamais eu une augmentation aussi importante de la traite et du proxénétisme. Et sur ça il y a des données. Du coup, d’un côté ça traduit que premièrement l’objectif de cette loi n’est pas atteint, d’un autre côté, on se rend compte finalement que qui paye les conséquences de la loi, et de ce qui est appliqué aujourd’hui? C’est ce que j’appelle les victimes collatérales, sur le plan social, sur le plan moral aussi et sur le plan physique. Quand on analyse les 10 cas d’assassinats de femmes cisgenres et trans, de 2019 à aujourd’hui, personne ne peut contester que le profil de ces femmes travailleuses du sexe n’est pas celui de femmes victimes de la traite. Et quand on voit le profil des femmes trans, on se rend compte effectivement qu’elles ne sont pas victimes de la traite. Elles sont victimes de transphobie. Quand on dénonce le fait que c’est à cause de la loi, quand on a les arguments du pourquoi (la fragilité sociale de ces personnes, etc.), ils nous traitent de malhonnêtes qui instrumentalisent la vérité. Ces personnes qui contestent notre travail, je les invite à venir directement dans nos locaux, à venir rencontrer tous les acteur.rices scientifiques avec lesquels nous travaillons sur le plan de la santé publique. Nous, nous sommes des personnes pairs, des personnes atteintes par le VIH, des femmes trans migrantes qui faisons ou avons fait du travail du sexe, qui avons aujourd’hui professionnalisé nos parcours de vie et nous avons aujourd’hui beaucoup de choses à leur raconter, pas à travers un écran. Nous voulons que ces personnes prennent vraiment le temps de venir rencontrer les gens sur le terrain. Pourquoi? Parce que ce nous pouvons leur montrer les victimes collatérales, telles que les femmes trans. Et comment cette instrumentalisation des féministes participe vraiment une fois de plus plutôt à l’incitation à la transphobie et à l’invisibilisation des dégâts de la transphobie et de la putophobie.

Est-ce qu’on en sait plus actuellement sur l’assassinat de Jessyca ?

À ce stade, non pas pour l’instant. Je sais que le frère va arriver aujourd’hui. J’espère qu’il sera demain à la manifestation que nous avons organisée. Et puis je pense qu’à partir de lundi, il va commencer à être accompagné par les avocats qui ont été mis à disposition de la famille. Ce sera à partir de ce moment là qu’on aura plus d’informations. Après, c’est clair que sur le plan légal, je pense qu’un droit de discrétion est extrêmement important à maintenir à ce stade de l’enquête, au début de l’enquête notamment parce qu’il pourrait a priori y avoir des situations qui pourraient faire obstacle à l’enquête, à son bon suivi.
Ce que nous savons par rapport aux récits des filles au Bois, c’est que ce n’est pas une situation isolée. Il y a déjà des choses qui se passaient depuis un certain temps et a priori l’attitude de cette voiture, c’était une attitude qui était déjà perçue des semaines auparavant. Par ailleurs, quand il y a un inconvénient ou un malentendu ou des fois vraiment un souci entre une travailleuse du sexe au Bois de Boulogne et un soi-disant client, souvent l’attitude c’est la violence, c’est le mépris, etc. Et effectivement ce que nous dénonçons, c’est que le fait de ne pas avoir porté secours à la victime traduit que c’était quand même intentionnel voire prémédité.

Jessyca était accompagnée par Acceptess-T. Peux-tu nous dire quelques mots sur elle ?

Tu sais, c’est assez curieux parce que je rencontre des dizaines et des dizaines de personnes trans et pas que - je fais souvent une permanence le lundi pour le primo-accueil des gens qui viennent pour la première fois dans l’association. Cette permanence me permet d’orienter ensuite vers tous les projets que nous avons dans l’association, de créer un projet de vie avec les personnes, de tracer une chronologie aussi, une feuille de route sur ses expectatives en France, ce qui nous permet aussi de tracer, un peu dans l’ordre avec des dates, à quel moment la personne doit revenir vers nous pour telles et telles raisons. Et donc ça permet à la personne évidemment d’avoir des repères assez précis sur un projet qui peut être créé ensemble pour améliorer son autonomie en France. C’est cette nuit que je me suis rappelée à quel moment j’avais rencontrée Jessyca : on s’est rencontrées presque en fin décembre mais elle était déjà suivie par l’association chez nous ; elle était déjà inscrite depuis au moins 4 mois. Sauf qu’elle avait été reçue à un moment où à l’association des projets se mettaient en place et elle avait rencontré une de mes collègues. À ce moment-là, Jessyca était suivie dans une autre structure, elle était un peu en train de chercher une autre association, elle n’avait pas encore pris la décision de venir chez nous. Ce que nous savons de Jessyca c’est que quand je l’ai rencontrée on l’a aidée pour changer d’hôpital parce qu’elle ne se sentait pas à l’aise à l’hôpital où elle était et on a commencé à analyser sa situation parce qu’elle avait déjà eu un avis d’expulsion. Donc on a commencé à regarder pour voir à quel moment on pouvait la régulariser, faire un recours et toutes ces questions-là.  Après j’ai vu qu’elle s’était inscrite comme étant membre vraiment de l’association et tout de suite elle a commencé à s’impliquer dans les cours de français et puis elle était rentrée en contact avec la coordinatrice des projets socioculturels de l’association qui s’appelle Cory. Et elles ont commencé à travailler ensemble pour que Jessyca soit chargée dorénavant des questions de gastronomie. Jessyca avait pris la décision pour le repas de ce soir, aujourd'hui, de faire le premier repas. Elle était vraiment dans une volonté de s’impliquer de façon pratique et je pense qu’elle avait compris les enjeux de notre association.
Et Jessyca avait une demi-sœur ainée qui était une femme trans qui a été assassinée en Argentine il y a longtemps - au moins 4 ans. C’est Jessyca qui a du aller en Argentine récupérer le corps de sa demi-sœur. Et on sait qu’elle a aussi une nièce qui est une femme trans. C’est une nièce pour laquelle Jessyca avait une attention particulière. Nous avons appris tout cela ces derniers jours

Quel sont les sentiments qui dominent aujourd’hui parmi les camarades de Jessyca ?

Pour elles c’est incompréhensible de voir la violence avec laquelle Jessyca a été tuée. Elles sont dans une peur terrible de voir que Jessyca a été assassinée carrément au bord du lieu de travail et a laissé son sang complètement déversé sur la route. Même nous, quand nous sommes allées lui rendre hommage le lendemain de sa mort, il y avait encore des traces du corps de Jessyca qui étaient sur le sol du lieu du drame. Et ça, ça choque énormément les filles parce qu’elles ont l’impression que la gestion des restes du corps de Jessyca n’a pas été non plus respectée et que ça démontre encore une fois du mépris. Sûrement qu'elles l’interprètent comme du mépris de la part du service pompiers ou autres qui sont venus récupérer le corps. Elles sont très déçues aussi de voir le fait que c’est à répétition, que c’est sans arrêt et qu’il y a un acharnement et surtout elles ont un sentiment fort de tristesse et d’injustice parce que Jessyca était quelqu’un de très gentil, de très respectueux, une très très belle personne, et bien entendu personne ne mérite ça, mais elle n’avait aucun problème avec personne et encore moins avec des clients. Elles trouvent ça d’une injustice totale de voir à quel point cet assassin - la seule chose qui l’intéressait était de tuer une personne trans et que ça aurait pu être n’importe laquelle parmi elles.

Une marche aura lieu demain samedi à 16h en mémoire de Jessyca Sarmiento au départ du Bois de Boulogne.

En premier il s’agit d’abord d’être dans le lieu où ça s’est passé, parce que c’est trop facile d’aller place de la Bastille ou à République ; on ne va pas faire de la gentrification sur les violences. On veut aller où ça s’est passé pour d’abord apporter notre soutien, notre révolte aux personnes qui sont victimes de toutes ces violences-là. Donc déjà c’est être au plus près des personnes qui ont subi indirectement la violence de l’assassinat, leur rappeler qu’elles ne sont pas seules et que, malgré le fait qu’il y ait une répétition des violences et des assassinats, nous on est là avec les moyens que nous avons à notre disposition pour mobiliser les médias, pour interpeller les pouvoirs publics et qu’on continuera à le faire, qu’on ne baissera pas les bras.
On y va aussi effectivement pour démontrer que malgré tout, dans une atmosphère politique actuellement centrée uniquement sur la maîtrise d’une soi-disant épidémie qui peut vraiment impacter la santé mondiale, etc., nous continuons à briser le silence face finalement à une machine médiatique qui peut-être ne donnera pas beaucoup d’espace à l’assassinat de cette femme trans travailleuse du sexe. C’est une façon de rappeler que nous on ne s’arrêtera pas devant tout ça, et que pour nous, nos mortes, le sang des femmes trans on doit rapidement le dignifier par la justice.
Nous avons aussi à notre disposition une situation qui nous permet encore une fois de rendre hommage à Vanesa Campos parce qu’on va passer par le lieu de son assassinat. Et puis évidemment c’est un moment de recueillement important parce que ça fait à peine une semaine que Jessyca est morte. Pour les gens qui sont croyants dans cette communauté, ça leur permet aussi évidemment de se recueillir autour de leurs propres croyances. On y va aussi pour démontrer qu’on a réussi à créer une stratégie de résistance et pour continuer à rendre visible et à socio-politiser les assassinats et les violences pour rappeler à quel point la peur ne doit pas s’installer et que les personnes victimes doivent nous faire confiance, que nous sommes là pour continuer à dénoncer. C’est aussi une façon de démontrer que dans cette auto-organisation, nous avons aussi des allié.es, par exemple la personne qui a payé sans hésiter une seule minute le billet d’avion pour faire venir le frère de Jessyca : ça démontre à quel point nos allié.es sont présent.es mais aussi qu’iels font partie fondamentale de nos luttes. Je pense que la réunion demain de plusieurs acteur.ices autour de cette marche et de recueillement, servira à resserrer et reconcentrer nos énergies et nos savoirs pour mobiliser encore davantage ; et surtout je pense aussi que c’est une façon de continuer à construire l’histoire, de raconter notre histoire et une fois de plus, de rappeler que nous ne sommes plus dans la même invisibilité qu’il y a 5 ans et qu’il y a malgré tout un pas qui a été franchi et qu’on continuera à avancer fermement.

Justice pour Jessyca. Manifestation et recueillement : samedi 29 février 2020 à 16h.
Justice pour Jessyca, assassinée sauvagement le 21 février 2020 au Bois de Boulogne. Manifestation et recueillement : samedi 29 février 2020 à 16h. Rdv au départ de l’allée de la Reine Marguerite (Bois de Boulogne)

* * *

Merci infiniment à Giovanna Rincon et à l'association Acceptess-T. Force et amour ! Toutes nos prières et notre amour accompagnent Jessyca, Vanesa et toutes les autres.
Interview réalisée par Cases Rebelles le 24 février 2019.

L'association Acceptess-T : leur facebook - leur site

Une fois de plus, une de nos interviews est illustrée par une photo du collectif La Meute qu'on remercie beaucoup, pour ça et pour l'ensemble de leur formidable travail de terrain. Suivez-les et soutenez les.

 Photo de une : Giovanna Rincon, TDOR 2018 (Crédit : @LaMeute/Smoke)