En Mai, de partout se commémorent les luttes des esclaves pour leurs libérations, bien souvent effacées derrière le vocable d’abolition. En Mai, la Guadeloupe commémore aussi ses mortEs puisque c’est un mois chargé dans les mémoires. Voici donc trois mois de Mai, 1802, 1943, 1967, trois brefs récits en guise d’invitations à creuser l’Histoire de la Guadeloupe et ses traumas.

LIRE →

C’est une part de l’histoire de naissance du syndicalisme guadeloupéen le plus puissant et le plus autonome qui se raconte ici. Comment à Grosse-Montagne en 1975 les travailleurs de la canne sont allés une fois de plus au combat. Et comment l’implication politique d’un prêtre, le père Chérubin Céleste, et ses fidèles a bouleversé la lutte.

LIRE →

Ce petit travail de contre-histoire autour de portraits a été initié à l’occasion d’une commémoration en juin 2016, celle de la mort de Lamine Dieng tué par la police le 17 juin 2007. Il s’agissait pour nous d’associer dans un même espace-temps 100 victimes de la police, de la gendarmerie, de la prison, 100 victimes selon nous de la violence d’État.

LIRE →